Représentations à venir

du 05 au 28 avril 2020

au Théâtre de Belleville

16 Passage Piver, 75011 Paris

> Réserver votre place

> Consulter le dossier artistique

> Devenir partenaires

Une pièce de Vincent Farasse (Actes-Sud Papiers, 2017)

Mise en scène : Arnaud Raboutet, assisté par Justine Morel

Avec : Daniel Berlioux, Joséphine Thoby, Benoît Facerias,

Elisa Hartel, Pierre Boulben, Camille Gélin

Musique originale : Gary Olivier / Création visuelle : Laetitia Bornes

Costumes : Constance Bello / Lumières : Brice Delorme

Durée : 1h20

Après Passage de la Comète (Prix de la Ville de Cabourg 2017) les Lendemains d’hier explorent à nouveau l’écriture de Vincent Farasse, à la profondeur subtile et à la compostition diabolique.

Une pièce chorale

Claire, traductrice sous-payée, vit avec William, lui-même au chômage. Claire s’assure un revenu décent en dansant dans un théâtre érotique. Elle y rencontre Xavier, client riche et puissant, qui tombe amoureux d’elle. À la maison, Claire et William font la connaissance de Latifa, la voisine du dessus. Leur immeuble est invivable. Latifa, femme de ménage à la Défense, élève seule ses deux enfants. Son petit frère, Mehdi, travaille au supermarché pour financer ses études de médecine. Il vit avec Liane, la fille de Xavier. Entretenue par son père, Liane forme des projets philanthropes.

Puis les parcours de chacun s’entremêlent…

Ce texte a reçu le Prix des Journées de Lyon des auteurs de théâtre 2015.

 © photos Nolwen Cosmao, 2019

Face au monstre

« L’aménagement du Grand Paris, monstre urbain, nous entame. Dans ce texte, Vincent Farasse explore ces flux géographiques qui creusent nos gouffres intimes. Déplacements de population, fragmentation du travail, spectacle de la marchandise … sont autant d’attaques à notre intégrité. Or, dans la vision dépolitisée et marketée de la ville qui nous est écoulée, les images superficielles visent à dominer la substance sociale. Ce qui nous intéresse alors, c’est d’explorer comment le désir et le rejet ne cessent de circuler. À l’idéologie métropolitaine, projet de livrer l’urbain à quelques décideurs sans attaches, nous opposons nos scandales du quotidien.

Cette comédie sociale, actuelle et locale, prend place au sein de la grande tragédie du genre humain. Car depuis nos classiques grecs jusqu’à ce monde hyper-moderne, il est question de nous, petite chose, face à ce qui nous excède.

La forme que nous avons choisie est simple, inspirée du théâtre antique et du mapping urbain. Il nous importe d’abord d’explorer la richesse du texte et de faire jaillir la vie au plateau. Notre démarche : réunir une équipe palpitante, défendre une écriture contemporaine et proposer un univers singulier. Ce que notre mise en scène partage avec le monstre métropolitain, c’est une certaine façon de se déployer dans l’espace et le temps. L’image et le son sont pris dans un mouvement sourd, puissant, organique.

Dans un jeu permanent avec la convention théâtrale, les artistes en scène défient le monstre. »

Arnaud Raboutet

« Le texte de Vincent Farasse met en jeu six personnages, six vies finalement très familières entamées par les promesses du Grand Paris. Six trajectoires qui se croisent, se mêlent et s’entrechoquent de l’infiniment petit quotidien aux grands idéalismes happés et rattrapés par la réalité de la métropole. Une résonance certaine avec ce que chacun peut vivre, son propre parcours, celui de son voisin ou de son collègue. Des rêves de philanthropie ou de résistance, historiques et contemporains, de la Commune aux Gilets Jaunes. Un texte subtil bien incarné par les six talentueux comédiens, justement porté par de fines disruptions aux conventions théâtrales, dans la mise en scène d’Arnaud Raboutet. Le récit est clair et éclaire : l’étau urbain se resserre. »

Daily Pola · Chroniqueuse

« Un vrai don pour regarder les comédiens. La mise en scène est simple, limpide et jouissive. »

Jean-François Sivadier · Metteur en scène

Schéma directeur de la région Île-de-France, Carte de destination générale