Représentations à venir

du 05 au 28 avril 2020

au Théâtre de Belleville

16 Passage Piver, 75011 Paris

> Réserver votre place

> Consulter le dossier artistique

> Dossier de presse (à venir)

Une pièce de Vincent Farasse (Actes-Sud Papiers, 2017)

Mise en scène : Arnaud Raboutet, assisté par Justine Morel

Avec : Daniel Berlioux, Joséphine Thoby, Benoît Facerias,

Elisa Hartel, Pierre Boulben, Camille Gélin

Musique originale : Gary Olivier / Création visuelle : Laetitia Bornes

Costumes : Constance Bello / Lumières : Brice Delorme

Durée : 1h20

Xavier, Claire, William, Latifa, Mehdi et Liane : six parcours se croisent et se recroisent au sein du Grand Paris. Leurs peurs et leurs espoirs donnent toute leur substance aux dynamiques métropolitaines. Le mouvement est permanent et l’ambiance inflammable.

Claire, traductrice sous-payée, vit avec William, lui-même au chômage. Claire s’assure un revenu décent en dansant dans un théâtre érotique. Elle y rencontre Xavier, client riche et puissant, qui tombe amoureux d’elle. À la maison, Claire et William font la connaissance de Latifa, la voisine du dessus. Leur immeuble est invivable. Latifa, femme de ménage à la Défense, élève seule ses deux enfants. Son petit frère, Mehdi, travaille au supermarché pour financer ses études de médecine. Il vit avec Liane, la fille de Xavier. Entretenue par son père, Liane forme des projets philanthropes.

Puis les parcours de chacun s’entremêlent…

Ce texte a reçu le Prix des Journées de Lyon des auteurs de théâtre 2015.

 © photos Nolwen Cosmao, 2019

« Urbaniste de métier, après avoir mis en scène Passage de la Comète du même auteur, j’ai été naturellement séduit par le choix de travailler Métropole.

D’autant que l’approche de Vincent Farasse rend selon moi l’entreprise particulièrement pertinente. En effet, ce n’est pas tant une pièce sur le Grand Paris, qu’une mise en forme originale, au cœur même de cette écriture entrelacée, du phénomène de métropolisation. Ce dernier s’imprime dans la désintégration des corps, la liquidation de l’espace et la financiarisation du temps. Dans mon travail, j’ambitionne d’explorer les moyens qu’offrent certaines écritures contemporaines francophones. Et ce faisant, de les défendre. Il nous importe donc, en premier lieu, de sonder la profondeur du texte, d’affronter sa composition diabolique et de faire jaillir la vie au plateau.

Métropole, c’est aussi le choix de réunir une équipe palpitante. D’abord les six rôles, féminins comme masculins, sont denses, subtils et inattendus. Or, la distribution réunie pour l’occasion crée ce qu’il faut d’écart. C’est sur une recherche de la vérité par le jeu que j’entends fonder notre légitimité. Et l’univers que nous proposons se veut singulier en ce que tout relève d’une création originale : musique, vidéo, costumes et lumières. Nous visons à donner corps aux dynamiques métropolitaines.

Faire du théâtre ou bâtir la ville, c’est avoir à faire lieu. Construire un espace où langage, corps et sens se poursuivent et tracent des perspectives jusque dans l’imaginaire des habitants / spectateurs. Nous essayons pour ça de nous adresser à l’époque et au territoire, de jouer des conventions et d’esquiver les poncifs. Avec l’espoir de pratiquer la moindre ouverture. »

Arnaud Raboutet

« Le texte de Vincent Farasse met en jeu six personnages, six vies finalement très familières entamées par les promesses du Grand Paris. Six trajectoires qui se croisent, se mêlent et s’entrechoquent de l’infiniment petit quotidien aux grands idéalismes happés et rattrapés par la réalité de la métropole. Une résonance certaine avec ce que chacun peut vivre, son propre parcours, celui de son voisin ou de son collègue. Des rêves de philanthropie ou de résistance, historiques et contemporains, de la Commune aux Gilets Jaunes. Un texte subtil bien incarné par les six talentueux comédiens, justement porté par de fines disruptions aux conventions théâtrales, dans la mise en scène d’Arnaud Raboutet. Le récit est clair et éclaire : l’étau urbain se resserre. »

Daily Pola · Chroniqueuse

« Un vrai don pour regarder les comédiens. La mise en scène est simple, limpide et jouissive. »

Jean-François Sivadier · Metteur en scène

Schéma directeur de la région Île-de-France, Carte de destination générale