Une pièce de Vincent FARASSE, publiée en 2014 chez Actes-Sud Papiers. Consulter le dossier artistique ☄️

Ce spectacle a reçu le prix de la Ville, remis par un jury de professionnels, au festival de Cabourg 2017.

Capture d’écran 2018-01-23 à 19.53.27

Le Passage de la comète est une comédie sociale en forme de poème apocalyptique. On croise et re-croise une aïeule à l’hospice, un liquidateur à la tribune, six employés jeunes et dynamiques, un couple à la montagne, un télé-vendeur, deux hommes d’affaires au club et six fêtards. Là où un grain de sable peut enrayer une machine pourtant si bien huilée. Avec ce mauvais pressentiment que chacun formule : « On a vu passer une comète. Son rayon avait la forme d’une épée. » Alors la vieille témoigne d’une épidémie, les hommes sont sur la paille, l’employé en rupture, la compagne étouffée, la serveuse humiliée, les télé-vendeurs décimés ; la fête tourne mal.

La mise en scène propose, dans un espace en friche, de réunir ces fragments autour de ce qui pourrait être la dernière fête avant la fin du monde. Danser sans nostalgie, comme un joyeux bras d’honneur au marasme ambiant. Dans une telle démarche, la musique du norvégien Todd TERJE représente bien plus qu’un habillage : elle impose une ambiance, un rythme, un ton.

Dirigés par Arnaud RABOUTET, cinq comédiens des Lendemains d’hier – Louis ATLAN, Pierre BOULBEN, Alenka CHENUZ, Benoît FACERIAS et Anna ROMAGNY – interprètent une vingtaine de personnages. Ils nous proposent un jeu rieur et impliqué, visant une compréhension sensible, décalée et exacerbée du réel – prolongement naturel de la prose de Vincent FARASSE. Notre proposition se veut résolument actuelle et personnelle.

« Comme tout est pauvre, mesquin, misérable ! avarement donné, sèchement inventé, lourdement fait ! Ah ! l’éléphant, l’hippopotame, que de grâce ! le chameau, que d’élégance ! Mais direz-vous, le papillon ! une fleur qui vole ! J’en rêve un qui serait grand comme cent univers, avec des ailes dont je ne puis même exprimer la forme, la beauté et le mouvement. Mais je le vois … il va d’étoile en étoile, les rafraîchissant et les embaumant au souffle harmonieux et léger de sa course !… Et les peuples de là-haut le regardent passer, extasiés et ravis ! »

Le Horla, Guy de MAUPASSANT

2016-10-07-12_38_13-dossier-de-presse-google-docs

 « Né en 1979, Vincent Farasse, auteur, comédien et metteur en scène, intègre l’ENSATT après une licence de philosophie et des études de musique. Il a mis en scène Mishima, Maeterlink, Kateb Yacine ainsi que ses propres textes. En 2010, il est reçu en résidence à la chartreuse de Villeneuve-lès-Avignon, où il écrit Passage de la Comète. Vincent Farasse a également été auteur associé au CDN de Vire pour la saison 2012-2013. »

Mon oncle est reporter suivi de Passage de la comète, Actes Sud – Papiers, 2014

Todd 2016-10-07-12_42_00-dossier-de-presse-google-docsTerje, de son vrai nom Terje Olsen, est né aux environs d’Oslo en 1981. Enfant du disco, il se fait un nom au milieu des années 2000, en mixant et composant une électro joyeuse, profonde et efficace. It’s album time, dont sont issus la majorité des morceaux repris dans PDLC, sort en 2014 et reçoit un accueil très positif, tant de la presse spécialisée que du public.

« I like my music very fruity. Lots of percussions, lots of silly effects. But I still need that dubiness and spaciousness. It’s a strange combination. »

 sans-titre