Une pièce de Vincent Farasse, publiée en 2014 chez Actes-Sud Papiers. Dossier artistique ☄️ Extraits

Ce spectacle a reçu le prix de la Ville, remis par un jury de professionnels, au festival de Cabourg 2017. Nous l’avons également présenté au théâtre de la Jonquière, au festival Nanterre sur Scène et en lecture au Théâtre 13.

Capture d’écran 2018-01-23 à 19.53.27

Sous la direction de Arnaud Raboutet, cinq comédiens des Lendemains d’hier – Louis Atlan, Pierre Boulben, Alenka Chenuz, Benoît Facerias et Anna Romagny – interprètent une vingtaine de personnages. Lila Rédouane nous saisit en vidéo et Michael Lonsdale nous régale de sa voix. Tous nous proposent un jeu rieur et impliqué, visant une compréhension sensible, spontanée et exacerbée du réel – prolongement naturel de la prose de Vincent Farasse.

Une comédie sociale en forme de poème apocalyptique

La pièce met en jeu différents fragments de la société contemporaine : entrerpise, couple, mondanités, hospice… On voit passer une comète, présage de terribles évènements. Pourtant, chaque personnage reste enfermé dans ses représentations, son couloir. C’en est comique, pathétique, dérangeant.

La mise en scène propose de réunir ces fragments dans un espace en friche, à l’occasion d’une dernière fête avant la fin du monde. Notre jeunesse en scène pour répondre au marasme imposé ! Le nouveau disco de Todd Terje construit certaines scéquences. Les lumières nous parlent d’une ville en déshérence. Les costumes renvoient à la culture électro.

Avec Passage de la Comète nous voulons engager le regard du spectateur.

Vincent Farasse est auteur, comédien et metteur en scène. il se forme à l’ENSATT après une licence de philosophie et des études de musique. En 2017, Il publie également Métropole suivi d’Un Incident (Actes-Sud Papiers).

Todd Terje, de son vrai nom Terje Olsen, est né aux environs d’Oslo en 1981. Enfant du disco, il compose une musique électronique chaleureuse, profonde et efficace. It’s album time, dont sont issus la majorité des morceaux repris dans PDLC, sort en 2014 et reçoit un accueil très positif, tant de la presse spécialisée que du public.

« Comme tout est pauvre, mesquin, misérable ! avarement donné, sèchement inventé, lourdement fait ! Ah ! l’éléphant, l’hippopotame, que de grâce ! le chameau, que d’élégance ! Mais direz-vous, le papillon ! une fleur qui vole ! J’en rêve un qui serait grand comme cent univers, avec des ailes dont je ne puis même exprimer la forme, la beauté et le mouvement. Mais je le vois … il va d’étoile en étoile, les rafraîchissant et les embaumant au souffle harmonieux et léger de sa course !… Et les peuples de là-haut le regardent passer, extasiés et ravis ! »

Le Horla, Guy de MAUPASSANT